Toutes les publications
Industry Insights

L'impression 3D stéréolithographique : des années 80 à aujourd'hui

Dans le guide de la stéréolithographie, nous présentons un bref historique du procédé, ainsi qu'une description détaillée de la façon dont cette méthode d'impression 3D fonctionne. Mais comment tout cela explique-t-il l'état actuel de la stéréolithographie (SLA), son avenir et, plus généralement, celui de l'impression 3D ?

Dans ce post, nous expliquerons avec des vidéos d'archives les origines de la stéréolithographie, les étapes clés de son évolution et l'état actuel de cette technologie.

Nous dépassons maintenant les 40 millions de pièces fabriquées sur notre imprimante 3D stéréolithographique de bureau, la Form 2 ! En savoir plus sur l'impression 3D industrielle intuitive, fiable et abordable.

L'invention de la première méthode d'impression 3D

Même si la méthode d'impression 3D la plus connue aujourd'hui est probablement celle par dépôt de filament fondu (FDM), qui fabrique une pièce par extrusion de plastique fondu à travers une buse, l'impression SLA a été inventée la première.

stéréolithographie /stéréòlitòɡrafi/ : procédé d'impression 3D par lequel un laser polymérise de la résine photopolymère liquide pour former un objet tridimensionnel à partir d'un fichier numérique.

Parmi les personnes qui ont inventé des procédés similaires, on peut citer le chercheur japonais Dr. Hideo Kodama et les Français Alain Le Mehaute, Olivier de Witte et Jean Claude André, mais c'est Charles (Chuck) W. Hull qui a inventé le terme de « stéréolithographie » et breveté cette technique en 1984, puis fondé 3D Systems pour la commercialiser avec le lancement de l'appareil SLA-1 en 1987.

Dans une ancienne vidéo, Chuck Hull de 3D Systems explique la stéréolithographie.

La découverte par le grand public

Bien avant le mouvement RepRap, Makerbot et l'arrivée de l'impression 3D FDM à la fin des années 2000, le procédé SLA avait déjà fait parler de lui. Lorsque de grandes entreprises l'adoptèrent pour le prototypage rapide, les médias grand public en ont beaucoup parlé, comme dans ce clip de l'émission Good Morning America, diffusé en 1989 :

« On dirait de la magie mais cela s'appelle de la stéréolithographie. » Un clip de l'émission Good Morning America, diffusé en 1989, qui fait découvrir l'impression 3D.

Le procédé SLA continuait à gagner du terrain dans les entreprises, et Invisalign devenait l'utilisateur de plus grand volume avec ses aligneurs dentaires, en produisant plus de 40 000 moules par jours avec des imprimantes stéréolithographiques. Ces aligneurs fabriqués sur mesure, avec une hauten valeur ajoutée et personnalisation, ont constitué un test parfait de cette technologie naissante, même avant que certains appareils réduisent son coût de manière significative.

Cette vidéo montre un bref aperçu du cas Invisalign, le plus grand producteur utilisant l'impression 3D SLA au moment de sa commercialisation.

Alors que l'impression stéréolithographique de bureau commençait à apparaitre, l'impression 3D, notamment stéréolithographique, continuait sa croissance régulière dans les contextes professionnels et industriels. Même le président des États-Unis Barack Obama a fait allusion à l'impression 3D, dans son discours sur l'état de l'Union de 2013.

« Un entrepôt autrefois abandonné est devenu un labo de pointe où les employés maitrisent l'impression 3D, procédé qui a le potentiel de révolutionner la façon dont nous fabriquons pratiquement tous les objets. » Barack Obama, 2013 (0:37)

L'arrivée de la stéréolithographie sur les bureaux

Les premières imprimantes utilisaient la stéréolithographie « à l'endroit » (right-side up), qui nécessite un bac à résine de grande taille. Ce modèle exigeait de la place, une maintenance importante et un gros volume de matériaux. L'investissement initial était élevé, ainsi que les frais de fonctionnement, et donc seules des machines industrielles employaient ce procédé.

La SLA à l'endroit est courante dans les machines industrielles.

La SLA à l'endroit est courante dans les machines industrielles.

L'arrivée de la SLA inversée a changé la donne, en réduisant de beaucoup la taille du bac à résine par rapport au volume de fabrication. La SLA inversée a permis la fabrication d'appareils de bureau beaucoup moins encombrants et bien moins coûteux, ce qui a rendu accessibles à bien plus d'entreprises ces imprimantes industrielles de haute qualité.

C'est parce que la SLA inversée, dont Formlabs a été le pionnier, requiert un bac à résine plus petit que le processus initial, que l'imprimante 3D stéréolithographique a pu s'installer sur un bureau.

C'est parce que la SLA inversée, dont Formlabs a été le pionnier, requiert un bac à résine plus petit que le processus initial, que l'imprimante 3D stéréolithographique a pu s'installer sur un bureau.

L'avenir de la fabrication sur bureau

À ses débuts, l'impression 3D était uniquement utilisée par les entreprises du classement Fortune 1000, comme Boeing ou Ford. Mais la situation a évolué en peu de temps, et maintenant vous pouvez trouver une imprimante 3D dans un petit bureau d'études ou même chez votre dentiste.

Aujourd'hui, Formlabs est heureuse d'être l'une des entreprises qui mène l'innovation dans le champ de la stéréolithographie, en cherchant à rendre les systèmes plus accessibles, en développant de nouveaux matériaux haute-performance, et en ouvrant la voie à de nouvelles applications de l'impression 3D dans tous les secteurs.

Nous croyons fortement au potentiel de l'impression 3D professionnelle et nous continuons à parier sur cette technologie industrielle accessible, avec l'espoir d'augmenter non seulement le nombre d'appareils et de matériaux sur le marché, mais aussi le nombre de personnes qui peuvent les utiliser, ainsi que l'activité des entreprises de tout type.

Découvrez les imprimantes Formlabs : L'imprimante 3D de bureau leader du secteur.