All Posts
Interviews

Bijoux personnalisés grâce à l’impression 3D

Un client rentre dans votre bijouterie et vous décrit la bague de fiançailles parfaite. Vous parlez ensemble du design et, une heure après, le modèle concret est entre vos mains.

Ce scénario n’est pas futuriste, il est déjà possible. Dans le contexte actuel de personnalisation des produits, une bague de fiançailles standard, que toute femme peut porter, n’est plus satisfaisante. Pour la première fois en Europe, une marque de bagues de fiançailles met à disposition de ses clients l’impression 3D sur place pour personnaliser ses bijoux face à son client.

Une expérience client sans pareille avec des outils numériques sur place

Joaillier depuis 1933, Egf Manufaktur est l'un des plus importants fabricants d'alliances en Allemagne. En combinant une solution logicielle personnalisée à la fabrication numérique de niveau professionnel, ils ont pu proposer au client une expérience moderne et très personnelle et ont divisé par dix le temps entre la conception et la vente.

« Une alliance est plus importante que tout autre bijou pour exprimer l’individualité de chaque client. Chacune de celles que nous produisons est unique et faite sur commande. », explique Nick-Maximilian Binder, assistant du directeur à EGF et chef du projet d’impression 3D sur place.

« C’est pour cela que nous configurons les bagues dans un logiciel de CAO, pour l'imprimer en 3D et de le donner au client avant qu’un orfèvre le réalise à la main. Nous nous sommes rendus compte que les clients souhaitaient des anneaux plus fins ou plus épais, ou avec des incrustations de pierre différentes. »

 
Le certificat de qualité de l’Institut de joaillerie de l’Université de sciences appliquées de Pforzheim a été décerné à Egf. Visionnez la vidéo, présentée à Inhorgenta 2018, pour voir comment Egf marie l’orfèvrerie traditionnelle à la technologie de pointe.

Pour se lancer dans l'impression 3D malgré leur peu d'expérience, Egf s’est tourné vers l’imprimante 3D de bureau Form 2 de Formlabs..

« La Form 2 nous a conquis par sa vitesse, moins d’une heure pour imprimer nos alliances, et par la qualité des résines et sa facilité d’utilisation », explique Binder.

Egf a personnalisé son logiciel CAO de façon à ce que des employés sans formation spécifique puissent facilement modifier des designs pré-chargés de bagues de fiançailles.

Lorsque le client est satisfait du modèle, Egf l’envoie au logiciel de préparation d’impression PreForm pour qu’il soit imprimé en 3D sur la Form 2 avec la Grey Resin de Formlabs. En une heure, les pièces sont imprimées, traitées avec Form Wash en quelques minutes, et subissent quelques rapides finitions si nécessaire (enlèvement des supports et ponçage).

Le prototype après finition est prêt à être présenté au client, qui peut l’examiner concrètement et l’essayer en un seul rendez-vous. Dans le contexte de vente au détail où la rapidité est essentielle, Egf peut accélérer la vente grâce à la personnalisation sur demande et la communication directe avec le client.

Des modèles de bagues dans le logiciel de préparation à l'impression 3D Preform, de Formlabs.
Les fichiers des bagues de fiançailles sont chargés sur le logiciel gratuit PreForm de Formlabs. Ce logiciel intuitif et facile à utiliser permet d’ajouter des supports, de dupliquer des designs et de réarranger les pièces pour l’impression, selon les besoins.

L’impression 3D dans le secteur de la joaillerie en pleine évolution

Les marques de joaillerie se concentraient initialement sur des pièces sur mesure et faites à la main, en dessinant et en réalisant des maquettes en cire, avant de les produire par petits lots. Mais la transition numérique est amorcée dans ce secteur, et les nouveaux outils se combinent aux processus traditionnels.

Avec les progrès technologiques faits en impression 3D, les grands bijoutiers et les marques de joaillerie ont réalisé les avantages que présentait la transition vers la modélisation CAO pour l’impression en 3D, qui permet de mettre plus rapidement sur le marché de nouvelles collections, plus abordables que jamais.

« La nouveauté peut être désagréable, parce qu’il faut s’y habituer. Le secteur de la joaillerie est très conservateur et bien des bijouteries sont hérités depuis deux ou trois générations. Les configurateurs ont déjà été une grande révolution lorsqu’ils sont apparus au début des années 2000, et beaucoup se sont demandés s’ils étaient utiles. On peut penser la même chose de l’impression 3D, et elle pourra faire ses preuves au cours du temps », explique Binder.

« Les joailliers travaillent depuis plusieurs années avec les configurateurs. L’impression 3D et les logiciels CAO ne sont que des interfaces légèrement différentes auxquelles s’habituer. Il n’est pas nécessaire de se former et l’appareil peut être mis en place en cinq minutes. »

Du prototypage à la conception sur mesure

Utiliser l’impression 3D pour réaliser un prototype n’est pas nouveau en joaillerie.Au Canada, Davidson & Co réalise des maquettes avec la Black Resin de Formlabs, et à l’École de Design et technologie de Copenhague au Danemark (KEA), les étudiants utilisent la Grey Resin de Formlabs, ainsi que la Castable Resin, pour valider leurs projets de design et apprendre comment mettre sur pied leur propre bijouterie.

Apprendre avec des experts :
Regardez notre webinar (en anglais) avec Zina Sterling Silver pour connaître les bases de CAO et d’impression 3D pour la joaillerie, et comment diminuer les coûts et la durée de fabrication de prototypes.

Une plate forme de bagues imprimées sur la Form 2 par impression 3D.
Une seule Form 2 peut imprimer jusqu’à 60 bagues de fiançailles. Ces bagues ont été imprimées en Castable Resin, qui permet aux joailliers et aux prestataires de réaliser des pièces par fonderie à la cire perdue, directement à partir de modèles numériques.

Mais nous assistons à un changement entre des designers qui réalisent des prototypes de leurs créations pour leurs propres collections, et cette nouvelle offre pour les clients de participer à la personnalisation de leur propre bijou. Les plus grandes marques peuvent maintenant donner la possibilité à leurs clients de réaliser rapidement leurs idées en temps réel. En permettant au client de partager le processus de création avec le joaillier, Egf est à la pointe de ce qui est possible sur le marché européen.

« Nous essayons toujours de découvrir les nouvelles tendances au plus tôt. À notre avis, l’impression 3D est une technique extrêmement importante, qui va encore beaucoup faire bouger les choses dans le secteur de la joaillerie et le faire évoluer au bénéfice des clients », ajoute Binder.

« Prenons par exemple les prototypes imprimés en 3D et les aides à la visualisation. Ils fournissent au client une expérience d’achat moderne, tout à fait différente, et qui rapproche le client des produits. Informer les clients des possibilités qu’offre la Form 2 de personnaliser et de participer au processus de création nous aide finalement à connaître leurs préférences et les produits qui ont le plus de succès. Les clients donnent également leur avis sur leur expérience du processus de création sur mesure. À court et moyen terme, ces possibilités de visualisation vont même conduire à une personnalisation des produits à la vente, de meilleure qualité pour le client. »

Découvrez l’impression 3D en joaillerie sur mesure

Les applications de l’impression 3D en joaillerie se sont multipliées ces dernières années. Pour en savoir plus sur l’utilisation de l’impression 3D par les fabricants en joaillerie pour le prototypage et la fabrication de maquettes, téléchargez notre Fiche conseil : l’impression 3D pour la vente de créations en joaillerie. Contactez notre équipe de ventes pour demander un échantillon sur mesure de l’un de vos designs, imprimé avec une grande précision en résine grise de prototypage ou regardez notre webinaire (en anglais) avec 3Design, le leader en logiciel de CAO, et le designer Andrew Goldstein de Zina Sterling Silver pour découvrir les bases du proprotypage et de la production de joaillerie en impression 3D.

Webinaire : CAO et impression 3D en joaillerie.